. . .
  • Chaussée de Helmet 176 Bte 5, 1030 Bruxelles
  • 02 242 87 04

Entretien des arbres en voirie

Les abattages d’arbres de voirie défraient régulièrement la chronique. Les pouvoirs publics, soucieux de la sécurité et de l’harmonie paysagère des rues sont amenés à abattre des alignements devenus vieux et malades et à les remplacer par de nouvelles plantatons.  Ces décisions provoquent, non moins régulièrement, une levée de boucliers de la part des habitants et comités de quartiers qui veulent protéger un patrimoine qu’ils pensent éternel.
Récemment, l’abattage des marronniers de l’Avenue de Tervueren et leur remplacement par des tilleuls argentés a mis en lumière une nouvelle nuisance : la toxicité de certaines essences pour l’entomofaune et en particulier pour les abeilles et les bourdons.
Nous avons alors pris conscience que l’on ne s’était jamais posé la question du choix des espèces à planter ; le choix se faisant parmi les espèces exotiques habituellement employées.  La préférence accordée aux espèces exotiques au détriment d’arbres indigènes est défavorable et souvent dommageable à la biodiversité.  En effet, elles accueillent une faune appauvrie par rapport aux essences indigènes qui, elles, induisent une biodiversité dérivée maximale (plus de 450 insectes inféodés aux saules et chênes indigènes par exemple).  De plus, se pose la question des espèces potentiellement invasives, comme le robinier et le cerisier tardif.  Il faut rappeler qu’à ce jour, la prolifération d’espèces invasives constitue la deuxième cause de perte de diversité biologique dans le monde.
En cette année de la biodiversité, il a donc paru nécessaire à Bruxelles-Nature de rappeler quelques exigences favorables à la biodiversité urbaine :
  • Dans le choix des plantations, la préférence est donnée aux espèces indigènes, les mieux adaptées à nos exigences écologiques et climatiques, et qui accueillent le maximum de  diversité végétale et animale. (voir liste ci-dessous – ndlr)
  • Les abattages et tailles sévères doivent être bannis pendant les périodes de reproduction de la faune, en particulier de l’avifaune, soit de mars à octobre.
  • Les essences invasives ou toxiques pour l’entomofaune doivent être interdites.
  • Une information objective, accessible et adaptée doit être donnée aux habitants avant les abattages et coupes diverses.
LISTE D’ARBRES INDIGENES POUVANT ETRE PLANTES EN VOIRIE
LIJST VAN INHEEMSE BOMEN DIE GEPLANT KUNNEN WORDEN ALS LAANBOMEN
*cultivars pouvant être plantés et déjà présents dans les voiries bruxelloises
*gekweekte bomen die kunen geplant worden en reeds bestaande brusselse laanbomen